Opale-Poker


 
AccueilPortailCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion
anipassion.com
Partagez | 
 

 10 conseils pour vos Tournois Multi-tables

Aller en bas 
AuteurMessage
Fougass
Manager
avatar

Nombre de messages : 389
Age : 39
Localisation : Boulogne-sur-mer
Date d'inscription : 11/06/2007

MessageSujet: 10 conseils pour vos Tournois Multi-tables   Mer 26 Nov - 13:03

Les tournois multi-table peuvent être très frustrants. Il arrive parfois que vous jouiez 4H d'affilée pour finalement exploser à la bulle. Et si vous passez ce moment fatidique, les blinds grignotent votre stack à un tel rythme que vous sautez en ayant à peine remboursé votre buy-in.

Aujourd'hui, voici donc 10 tuyaux qui vous aideront, je l'espère, à vous rapprocher un peu plus de la table finale.

1. Choisissez soigneusement vos combats
Ne suivez pas vos adversaires à tapis avec des mains comme AJ assortis ou KQ. Si un joueur en début de parole fait tapis alors qu'il a plus de jetons que vous,
coucher vos AQ ou vos 55. D'autres situations se présenteront d'elles-même, plus
profitables, qui ne vous demanderont pas de mettre votre tournoi en jeu.

2. Checkez le flop avec une main à tirage
Si vous en arrivez à faire tapis toutes les 5 mains, il se passera un long moment avant que vous ne connaissiez le goût d'une table finale. Relancez vos mains fortes mais ne mettez pas tout votre stack en jeu. Une main comme AK est très puissante mais si vous ne touchez pas vous perdrez même contre une paire de deux. Avec une main comme celle-là, relancez pré-flop. Si un Roi apparaît, misez le pot. Si vos adversaires se couchent, soyez satisfaits de vos gains, quels qu'ils soient. Si vous ne touchez pas au flop et que vous faites face à plus d'un seul adversaire, checkez.

3. Checkez le flop avec une pocket paire
La tentation est forte de suivre 3 joueurs à tapis avec QQ, mais personnellement je les laisserais plutôt régler leur problème entre eux, pour les raisons expliquées au #1. Vos chances de battre trois joueurs avec QQ sont assez faibles. Une main comme QQ doit être relancée pré-flop, mais soyez très prudent si un As ou un Roi apparaît au tableau : il aura probablement aidé l'un de vos adversaires.

Certaines personnes appellent cela jouer "weak-tight" (serré-passif), n'en tenez pas compte. Vous n'allez tout de même pas sauter du tournoi pour une malheureuse paire !

4. Jouez contre votre table, pas contre le Chipleader
Voici un tuyau très utile : arrêtez de consulter le lobby sans arrêt. A votre table, vous ne faits pas face à 1.100 adversaires. Vous n'avez aucun contrôle sur le Chipleader. La seule chose que vous puissiez faire, c'est de jouer contre les 8 autres joueurs à votre table. I n'y a donc aucune raison de vérifier à tout moment combien de places vous séparent encore du top 10, tout simplement parce que ça ne change rien. Vous pouvez très bien être short stack et gagner le tournoi deux heures plus tard.

Il arrive souvent que des joueurs se rendent comptent qu'ils sont très loin du haut du classement et se mettent soudain à modifier leur jeu et à prendre plus de risques. Restez loin du lobby.

5. Ne limpez pas avec des mains à problème
KJ assorti est appétissante, mais couchez la quand même en milieu de parole. Trop souvent, des joueurs limpent avec des mains à problème. Les seuls flops que vous désiriez vraiment toucher avec KJ assortis sont les suites et les couleurs. Gardez vos jetons et ne jouez ces mains (en les relançant) que du bouton, si tout le monde s'est couché avant vous. C'est aussi valable pour TJ, KT, AT etc.

6. Ne perdez pas espoir
Bien sûr que c'est rageant de ne plus avoir que 10BB dans son tapis, mais la patience est une grande vertu. Continuez à jouer de bonnes mains et ne commencez pas à jouer au "hourra poker", en faisant par exemple tapis en milieu de parole avec QJ. Vous pourriez très bien recevoir KK deux mains plus tard. Continuez à attendre et utilisez la position, et n'allez pas à tapis avec moins qu'une paire servie ou qu'un gros As. Avouez, ce serait quand même dommage : avoir investi tellement d'heures pour se faire sortir par KQ...

7. Anticipez les moves de vos adversaires
Vous êtes short stack au bouton et les blinds sont assez élevées pour tenter un vol. De plus, le big blind est chipleader et il joue très loose. Vous recevez J-5. Je coucherais ma main dans une telle situation. Vous savez que le big blind va vous caller, et il a juste besoin d'une Q pour vous battre. Attendez une meilleure opportunité. Vous venez de passer les blinds, donc il vous reste une orbite complète pour trouver une main qui vaille la peine de prendre tous les risques.

8. Sur-relancez avec vos mains fortes
Se contenter de caller peut être un move profitable, mais il vous empêche en général de construire un pot et de récolter de l'information. Si vous touchez AA par exemple, n'hésitez pas à sur-relancer le relanceur initial. Ca va créer un pot pour lequel vos adversaires seront prêts à se battre, et c'est vous qui prendrez les commandes du coup.
Si vous vous contentez de suivre sa relance et que votre adversaire ne touche rien au flop, vous n'aurez gagné qu'un petit pot.
Si vous avez une main comme JJ, alors une sur-relance vous permettra de récolter de l'information. Face à un three-bet adverse, il y a de bonnes chances que vous ayez affaire à une paire servie supérieure. Relancer est souvent mieux joué que caller.

9. Laissez votre ego au vestiaire
Si vous perdez avec AK contre A7 et que ça vous coûte la moitié de votre stack, ne cherchez pas à vous venger en jouant des mains spéculatives contre votre adversaire. Ce n'est pas en prenant plus de risques que vous récupérerez votre argent. Tournez la page et continuez à prendre les bonnes décisions. L'ego est le carburant du tilt.

10. Faites bien attention à vous
En fait, on en revient au #1. prenez soin à être toujours frais et dispo. Si vous êtes fatigué après une dure journée de travail et que vous arrivez à peine à garder les yeux ouverts, ne vous approchez pas des MTT. Il n'y a qu'avec un esprit affuté qu'on gagne un tournoi...

_________________
That's Poker ?!


Dernière édition par Fougass le Mer 20 Mai - 12:13, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://opale-poker.1fr1.net
gouve62
Occasionnel
avatar

Nombre de messages : 16
Age : 46
Localisation : calais
Date d'inscription : 25/03/2008

MessageSujet: Re: 10 conseils pour vos Tournois Multi-tables   Lun 1 Déc - 11:57

merci pour ces conseils fougass.

trés bonne analyse des tournois MTT. study study
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fougass
Manager
avatar

Nombre de messages : 389
Age : 39
Localisation : Boulogne-sur-mer
Date d'inscription : 11/06/2007

MessageSujet: Re: 10 conseils pour vos Tournois Multi-tables   Mar 23 Déc - 12:12

------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

TACTIQUE POUR LES MTT : DEBUT DE TOURNOI

------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Cet article décrit la tactique à adopter pendant les premiers niveaux de jeu d'un tournoi multi-tables (MTT). En parlant des premiers niveaux, je parle du lapse de temps qui sépare le tout début du tournoi jusqu'à ce que la bulle soit atteinte. Cette phase est devenue de plus en plus importante depuis l'augmentation du nombre de participants à ce genre de tournoi. Le début d'un tournoi peut demander jusqu'à 4 h de jeu, ce qui marque en général, la mi-temps d'un tournoi. C'est pourquoi, il est important que vous preniez votre temps durant cette période et que vous ne fassiez pas d'erreurs dans le simple but de vouloir doubler votre tapis
de départ. Il n'y a rien de mal à vouloir être agressif, l'agression est même une
qualité importante sur la scène poker de nos jours. Mais, il y a une grosse différence entre être agressif et check-raiser à tapis avec tous vos tirages couleurs ou avec une over paire. La patience est une vertu importante, spécifiquement en MTT.

Avant de commencer la partie, soyez sûr de comprendre dans quel genre d'MTT vous êtes, que ce soit un 3$ avec rebuys ou le 162$ Nightly Hundred Grand, et j'essayerez d'ajuster ma tactique en fonction de cela. Dans un tournoi freezeout à 5$, je blufferais rarement mes adversaires durant les premiers niveaux du tournoi. Cela est dû au fait que certains adversaires ont du mal à jeter une main comme top paire. Phil Gordon avait dit un jour "Il est difficile de bluffer quelqu'un qui ne fait pas attention au jeu" donc un bluff à ce moment là du tournoi est EV-. Si vous décidez de bluffer, alors, soyez sûr d'avoir des outs et de ne pas risquer plus de 30% de votre tapis. C'est ce qui différencie la plupart du temps les tournois freezeout aux tournois garantis. Les tournois garantis sur PokerStars ont des tapis de départ doublés par rapport aux tournois MTT normaux. Cela veut dire que vous commencez avec 3.000 jetons au lieu de 1.500. C'est la raison pour laquelle vous pouvez jouer plus loose dans les tournois garantis que si vous étiez dans un tournoi MTT normal, puisque votre M est plus haut. Essayez aussi de jouer avec les jetons de vos adversaires, pas les vôtres. Par là, je veux dire que vous devriez ramasser les jetons de vos adversaires sans risquer les vôtres.


Position

Un aspect important des MTT est la position. La plupart des joueurs comprennent l'importance de la position et doivent l'exploiter. Votre position absolue est celle après le flop, en prenant en considération la position du relanceur initial. Durant les premiers niveaux de jeu (spécialement ceux à petit buy-in), vous vous retrouvez souvent dans un pot avec 5 autres adversaires. Essayez de vous mettre dans un contexte sain. Disons que vous êtes dans le premier niveau d'un tournoi garanti et que vous possédez au bouton une main à tirage telle que:7d: :8d:Vous vous dites alors "Bien, je vais pouvoir craquer des as dans cette position". Vous arrivez alors dans ce contexte où les blindes sont de 10/20, le joueur UTG limpe, deux autres joueurs limpent et le joueur au cut off relance à 100 Dans un tournoi freezeout normal, je jetterais cette main puisque je risquerais une grosse partie de mes jetons. Cependant, dans un tournoi à prizepool garanti, je jouerais cette main mais je sais qu'elle pourrait me mener à beaucoup de problèmes. Vous avez ici une belle position pre-flop mais après le flop cela n'est plus le cas. Il n'y a pas de doute, vous ne relancerez pas cette main et vous tenterez de voir un flop aussi peu cher que possible. Néanmoins, simplement payer n'est pas la meilleure solution. Pourtant, beaucoup de joueurs font cette erreur. Mais regardez si vous aviez payé ici. Une fois après avoir payé, les autres joueurs auront la côte et vous verrez tous les autres joueurs payer.
Le flop donne
ce qui n'est pas un mauvais flop pour vous.
Si le joueur au cut off possède
ici, vous pourrez le déstacker si la turn est  Mais que se passe-t-il? Tout le monde checke la plupart du temps jusqu'au relanceur initial qui envoie un C-bet.

Comme vous pouvez le voir, vous êtes ici dans la plus mauvaise des positions et beaucoup de joueurs suivront avec le tirage pour ensuite voir un joueur en début de parole faire un check raise pour prendre l'argent mort ainsi que vos propres jetons. Parce que quand ce genre de situation arrive, votre main est morte, à moins que vous vouliez risquer tous vos jetons avec un tirage.
D'un autre côté, si le flop était
vous avez une main assez forte pour sur-relancer puisque vous êtes favori contre n'importe quel paire et que vous remporterez le pot contre n'importe quelle overcard. Mais pour en revenir à l'importance de la position, si vous prenez l'exemple précedent et que vous vous asseyez en MP 1, vous serez dans la meilleure position qui soit puisque tous les autres joueurs devront répondre à la relance du relanceur initial, et cela, avant que vous ayez à agir vous même.


Grosse main, et maintenant?

Un autre aspect important du jeu est de savoir négocier les grosses mains. Mon conseil ici: ne risquez pas tous vos jetons en début de tournoi. Je vois de plus en plus souvent des joueurs aller à tapis pre-flop dès le premier niveau du tournoi avec de belles mains comme
qui se retrouvent face à
Cela me semble plus appartenir au gambling qu'au poker. Oui, ce sont de belles mains mais il existe des situations plus profitables.
En début de partie si vous avez
et qu'un joueur limpe alors qu'un autre joueur va à tapis, alors cela sera un "easy fold". Même si vous êtes face à un joueur LAG avec AJ, il y a toujours la possibilité qu'un as apparaisse sur le board pour vous éliminer. Bien sûr, vous devrez à un moment ou un autre faire face à un coin flip, mais ici, ce n'est pas le moment de le faire. Néanmoins, il y a d'autres situations où je paierai, ce sera en fin de tournoi.


Jouer passivement

Ce que je veux dire par là est de vous coucher beaucoup et de ne pas défendre vos blindes! Imaginez que vous êtes en grosse blinde au niveau 3 avec des blindes 30/60. Tout le monde se couche jusqu'au bouton qui relance à 180. Vous avez tous les deux un tapis équivalent de 4.000 jetons.Vous jetez un coup d'oeil à vos cartes et voyez

Laissez passer cette main! Sauf si vous pensez que vous êtes face à un vol de blinde. Vous ne pouvez pas jouer des mains marginales hors de position et ainsi risquer une bonne partie de votre tapis. Payer ici est mal joué. Un autre avantage de coucher votre grosse blinde est que le joueur au bouton va penser qu'il est facile de vous voler les blindes et n'arrêtera pas de voler en position. Ainsi, puisque vous vous êtes couché la plupart du temps, un bluffe fonctionnera beaucoup mieux si vous vous étiez couché toutes les fois d'avant.


Conclusion

Durant les premiers niveaux de jeu, il est préférable de jouer les cartes dites "Premium" telles que AK, KK, AA. Utilisez la position, et optimisez vos gains en perdant un minimum de jetons. L'agressivité, les re-steals et bien d'autres aspects du jeu seront abordés dans la prochaine news stratégie consacrée à la stratégie à aborder durant les derniers niveaux d'un MTT.

_________________
That's Poker ?!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://opale-poker.1fr1.net
Fougass
Manager
avatar

Nombre de messages : 389
Age : 39
Localisation : Boulogne-sur-mer
Date d'inscription : 11/06/2007

MessageSujet: Re: 10 conseils pour vos Tournois Multi-tables   Mar 23 Déc - 12:12

------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

TACTIQUE POUR LES MTT : MILIEU DE TOURNOI

------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Alors que pour les débuts de tournois je vous conseillais de choisir vos spots avec soin et de jouer plutôt TAG, le milieu de tournoi MTT nécessite un style plus agressif. Tout simplement parce que durant cette phase il y aura plus de «dead money» sur la table, à cause des blindes plus élevées. Quand je parle du milieu d'un MTT, j'entends par là le moment qui commence 100 joueurs avant la bulle et qui s'arrête lorsque la bulle éclate (étant entendu que le tournoi comptait au
moins 1.000 joueurs inscrits). C'est généralement durant
cette phase que les joueurs commencent à penser à la bulle et ils arrêtent donc de jouer trop de mains. A vous d'en profiter.

Durant la phase de milieu de tournoi, vous aurez besoin de bien différencier deux types de joueurs : ceux qui jouent pour la gagne (catégorie 1) et ceux qui seront satisfaits s'ils arrivent à survivre à la bulle et à atteindre une place payée (catégorie 2). Adhérez à la première catégorie, bien sûr, mais jouez intelligemment. Votre style de jeu dépendra de la taille de votre tapis. En jouant comme je vous l'ai conseillé durant la phase précoce d'un tournoi, vous devriez disposer d'un tapis moyen. Mais parfois vous serez déjà dans le top 30 alors que d'autres fois vous n'aurez plus qu'un petit tapis.


Le jeu Big Stack (au moins deux fois le tapis moyen)

C'est merveilleux d'avoir un gros tapis. Vous pouvez éliminer les autres sans que ça vous coûte grand chose. Un gros tapis joue loose, et même si ce n'est pas votre style naturel, les gens s'attendent à ce que vous jouiez large. Votre rôle est de déterminer le degré de résistance auquel vous devez vous attendre à la table. Avec un peu de chance, il y aura beaucoup de joueurs appartenant à la catégorie 2 à votre table et vous pourrez voler les blindes 5 fois par orbite.


Jouez «any two cards» et rentrez dans le coup en relançant.


La taille des relances ne devrait pas être de 3BB mais plutôt de 2,5BB. Pourquoi? Tout simplement parce que vous êtes juste en train de tester la table pour avoir une idée de son niveau. Et parce que vous serez obligé de jeter vos mains-poubelles fave à n'importe quelle sur-relance. C'est donc une bonne manière d'économiser des jetons. Quelqu'un qui se couche devant une relance à 3BB se couchera également devant une relance à 2,5BB durant cette phase. Et si vous avez vraiment une main, ce sera plus facile pour les short stacks de sur-relancer à tapis.

Si la table est faible, vous verrez que vous arriverez à voler beaucoup de blindes. Au début, commencez à voler au bouton, puis au CO, au Hijack, jusqu'à la position UTG (à condition bien sûr que la table vous laisse faire). La règle majeure lorsque l'on joue de cette manière est d'être le premier à rentrer dans le coup. Si un joueur a limpé avant vous, alors il est EV- de tenter un pur vol de blindes dans cette situation. Vu la taille de votre tapis, vous pouvez toujours relancer, mais plus avec n'importe quelle carte.

Si quelqu'un va à tapis après votre relance, alors procédez à l'analyse suivante : quelle est la profondeur de votre tapis? Si la tapis adverse est de moins de 10% de votre stack et que vous avez de bonnes cotes d'au moins 2:1 vous pouvez même caller avec «any two». Avantage supplémentaire : vous vous construisez une image de maniaque à la table.
Si les joueurs voient que vous pouvez suivre une relance à tapis avec
ils y réfléchiront à deux fois avant d'aller à tapis contre vous la prochaine fois, surtout si les précédents à avoir tenter ce move se sont fait suck-outer. Soyez tout de même prévenu que si ça arrive une fois, il ne vous sera plus possible ensuite de caller à nouveau un tapis avec n'importe quelle main, parce que cette fois-ci votre adversaire sera bien armé. S'il a un tapis moyen, callez avec TT et AQ et peut-être aussi quelques main plus faibles si le joueur adverse a une image un peu loose. Dans cette phase d'un MTT, jouez autant de coin-flips 45/55 ou 40/60 que vous pourrez, aussi longtemps que votre tapis vous le permettra. Si votre adversaire a aussi un gros tapis, capable de vous faire mal, ne callez plus qu'ave cAK, AA et KK. S'il est aussi très tight, vous pouvez même coucher AK.

En relançant avec des mains-poubelle, faites aussi bien attention qu'il n'y ait pas un petit tapis « pot-commité » après vous ou au BB. Ce serait du gâchis de jetons.

Restealez autant que vous le pouvez depuis les blindes. Traitez toute relance au bouton ou depuis le CO comme une tentative de vol et restealez en 3-bettant n'importe quelle main raisonnable comme des connecteurs assortis ou de petites pocket paires (au cas où ils auraient la folle idée de vous caller en position). Vous devriez toutefois prendre en considération l'image de votre adversaire et ne faire ça que contre les gros stacks ou les stacks moyens. Contre les petits tapis, vous n'avez pas assez de fold equity. Restealez autant que la table vous le permet. Tôt ou tard, vous aurez un monstre et, grâce à votre image de maniaque, il y a de bonnes chances que vous arriviez à la rentabiliser.


Le jeu Short Stack

Malheureusement, vous n'aurez pas un gros tapis à chaque fois et il arrivera même des moments où vous vous assiérez à la table avec un M de 8, condamné à attendre une bonne main. Dans ce cas, votre manière de jouer dépend vraiment de la catégorie dans laquelle vous vous rangez. Si vous êtes un bon joueur, vous pouvez vous permettre de perdre le buy-in de ce MTT et de compenser cette perte avec une gestion de bankroll sérieuse. Si c'est le cas, alors ne jouez pas pour les quelques dollars de la bulle, qui ne vous permettront même pas de vous payez un McDo, vu le taux de change actuel, mais jouez pour la victoire.


Avec un M de 8 ou moins, jouez selon la règle "First in is All-in" avec n'importe quelles cartes.


Vous serez surpris de constater le nombre de fois où vous arriverez à voler les blindes de cette manière, parce qu'il vous reste quand même de la fold equity : vous vous êtes construit une image serrée en début de tournoi et il y aura toujours quelques joueurs de la catégorie 2 à votre table. La seule exception à cette règle c'est quand il y a un gros tapis au BB. Dans ce cas, vous ne pourrez faire tapis qu'avec vos mains premium. Et rappelez vous que si ça marche une fois, vous pouvez vous permettre d'attendre une orbite entière avant de recommencer puisque votre M est désormais de 9.

Un autre désavantage lié à votre statut de petit tapis est que vous perdez la possibilité de piéger vos adversaires. Ne faites pas l'erreur de tendre des pièges. La plupart du temps, vous ne piégerez que vous-même.
Si vous recevez UTG
mettez vous directement à tapis et ne jouez pas au jeu du limp/raise. Mettez vous à la place de vos adversaires. Ils voient un petit tapis limper UTG pour 800, alors qu'il n'a plus que 7.000 de tapis derrière. La plupart du temps, ce qui vient à l'esprit en premier dans ce genre de situations, c'est "il a un monstre". Il n'y a que si un joueur derrière vous se réveille avec un monstre lui-aussi que vous aurez la relance que vous attendiez. Dans le cas contraire, vous verrez plutôt les gros tapis limper confortablement derrière vous, en embuscade avec des mains spéculatives. Ne leur offrez pas cette opportunité.

Mais l'insta-push avec la meilleure main présente un autre avantage : souvent, un gros tapis callera en voyant un petit tapis «all-in» UTG, parce qu'il pensera :
"il a sûrement quelque chose mais son éventail de main doit être quand même assez large.Et puis, quel idiot irait à tapis UTG avec ?"
Après quoi, il vous doublera gentiment.


Le jeu avec un stack moyen

Avec un stack moyen, il n'y a pas à s'en faire. Vous jouez pour la victoire et, si vous agissez intelligemment, il vous est toujours possible de transformer un tapis moyen en gros tapis.


Avec un tapis moyen : tendez des pièges.


Il y a deux manières de tendre un piège avec un grosse paire servie (AA et KK). Et avec AK aussi de temps en temps. La première, qui est sans doute la plus connue, est de limp-raiser. Limpez en début de parole pour envoyez un signal de faiblesse puis sur-relancez à tapis lorsqu'un joueur a relancé derrière vous. (Note: si vous avez un M de 30, ne partez pas à tapis d'un seul coup mais faites seulement un 3-bet de 12BB).

Ce move est assez connu, donc ne le tentez pas avec QQ. Parce que si votre 3-bet est relancé, vous êtes derrière à coup sûr. Vos adversaire comprendront vite ce que vous êtes en train de faire et vous ne serez callé que par les mains qui vous battent, à moins que le joueur en question ne soit déjà pot-commited. Faites aussi attention à ne pas vous piéger vous-même. Par là, j'entends qu'il est assez facile de se retrouver dans un pot multiway parce que les autres joueurs ont flairé un piège. Dans ce cas, ne surjouez pas votre main et contrôlez la taille du pot. Encore plus important : soyez prêt à coucher vos As si 2 joueurs ou plus se sont mis à tapis après votre mise au flop. Votre overpaire ne vaut plus rien. Si vous avez tenté ce move avec KK, couchez vous aussi si un sale As apparaît au flop. On ne peut pas piéger sans risque et en voici le petit prix à payer.

Mais il y a une autre manière de tendre un piège, moins connue, c'est «l'overcall». Imaginez qu'il y ait une relance en début de parole. Au lieu de la sur-relance standard pour isoler votre adversaire, contentez vous de caller. Ce move marche assez bien généralement. Si quelqu'un d'autre essaie de sur-relancer avant le flop, alors le pot est suffisamment important pour vous mettre à tapis tout de suite (toujours dans le cas où votre M est de 30 environ). Si personne ne sur-relance et que vous voyez un flop, personne ne vous mettra sur les As. Après un Continuation Bet classique du relanceur initial, qui augmente une fois de plus la taille du pot, vous pouvez facilement sur-relancer à tapis et 90% du temps vos adversaires vous mettront sur un tirage ou sur la paire max et vous calleront plus souvent qu'à leur tour. Et même s'ils se couchent vous remporterez déjà un joli pot.

Si, malheureusement, vous ne touchez pas de monstre, repérez les spots qui vous permettront de voler quelques blindes et tentez quelques moves dans des gros pots.

_________________
That's Poker ?!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://opale-poker.1fr1.net
Fougass
Manager
avatar

Nombre de messages : 389
Age : 39
Localisation : Boulogne-sur-mer
Date d'inscription : 11/06/2007

MessageSujet: Re: 10 conseils pour vos Tournois Multi-tables   Mar 13 Jan - 11:04

------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

TACTIQUE POUR LES MTT : FIN DE TOURNOI

------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

En atteignant le "Valhalla" d'un tournoi de poker, à savoir la table finale, vous devrez une fois de plus adapter votre stratégie. A la table finale, le jeu se fait avant tout pré-flop, il vous faudra donc choisir vos spots avec moins d'informations. Si vous ne touchez pas de cartes, ce qui arrive souvent à des tables finales qui durent moins d'une heure, tout se jouera à l'agressivité, au courage et à de bonnes lectures.

Quelques hypothèses de base pour la suite de l'article: Tous les finalistes savent avec quelles mains pusher (si leur M les y force) et comment jouer leurs mains fortes. De plus, je partirai également du principe que nous ne sommes
pas l'un des shorts stacks mais que nous avons un tapis
moyen.


Choisir sa cible

Vous êtes donc en table finale et avez eu le temps de rassembler quelques informations en observant les autres tables lorsqu'il n'en restait plus que trois. Ca n'est pas suffisant pour bien choisir une cible. En général, la première chose que les joueurs font au départ d'une table finale, c'est de regarder la structure des prix et de comparer leurs stacks à ceux des autres joueurs.

C'est donc le short-stack de la table qui devient généralement la première cible.

Personne ne veut être le premier à quitter la table finale et il y a même certains joueurs qui se contenteront de folder toutes leurs mains jusqu'à ce que quelques short stacks aient été éliminés. Il est vrai que chaque joueur qui quitte la table vous fait automatiquement avancer d'une place dans le classement et, après tout, il n'y a rien de mal à à garder un oeil sur le prize pool. Mais ne le laissez pas déterminer votre jeu. Si les jetons doivent être poussés au milieu, poussez-les. Et puis les petits tapis ont cette fâcheuse habitude de chercher à doubler à tout prix. Alors qu'un tapis moyen peut se permettre de perdre des jetons.

Nous rechercherons en premier lieu le joueur faible avec beaucoup de jetons à perdre.

Pour identifier le joueur faible à la table, il peut être utile d'utiliser les statistiques de sites comme OPR. Vous y trouverez beaucoup d'infos sur les joueurs. Par exemple, vous ne prendrez pas pour cible un joueur qui a un gros ROI car un tel joueur a déjà l'expérience des tables finales. Par contre, vous pourrez tenter un ou deux re-steals avec any two cards contre ce genre de joueurs puisqu'ils seront capables de coucher leur main après avoir relancé.

Parfois, OPR vous apprendra qu'un des joueurs assis à la table n'a jusqu'à présent gagné que très peu d'argent. Souvent, c'est sa première table finale et il e concentrera plus sur la structure des prix que sur l'identification des situations profitables. Si ce joueur a un gros stack, vous pourrez voler ses blindes plus souvent parce qu'ils ne jouera que ses mains premium.

La même chose s'applique à un joueur qui n'aurait joué jusqu'à présent que des MTT à 5$ et qui serait maintenant assis à la table finale d'un tournoi à 50.000$ garantis.

Et puis il y a aussi les joueurs qui totalisent 80.000$ de gains mais dont le ROI est très faible. Ces joueurs sont certes expérimentés mais ce sont surtout les flambeurs de la table. Ils calleront souvent vos vols à tapis puisqu'ils sont plus enclins à tout jouer sur un coin-flip. Gardez ces joueurs à l'oeil et ne volez qu'avec des mains fortes.

En résumé, les statistiques provenant de sites comme OPR peuvent vraiment vous être d'une aide précieuse. Mais il existe d'autres moyens d'identifier les joueurs faibles.

L'autre jour, j'ai vu un joueur avec un tapis de 750.000 relancer à 120.000 UTG (blindes 20.000/40.000, antes 2.000). Tout le monde s'est couché jusqu'au big blind, qui a fait tapis pour 190.000. Croyez le si vous voulez mais le relanceur initial s'est couché ! En dépit de cotes hyper-favorables et du fait qu'il ne jouait pas du tout sa survie dans le tournoi. Si vous voyez un truc comme ça, vous pourrez soutirer beaucoup de jetons au joueur en question, tout simplement parce qu'il ne comprend pas le jeu et qu'il cherche juste désespérément à gagner des places dans l'échelle des gains. Je me suis donc mis à exploiter cette faiblesse. A la main suivante, il était au BB et j'ai relancé à 120.000 au cutoff avec . Il a relancé à 240.000 et je me suis mis instantanément à tapis (je le couvrais largement). Comme on pouvait s'y attendre, le type s'est couché et a à nouveau perdu une grosse partie de ses jetons.

Un autre concept que beaucoup de joueurs faibles ne comprennent pas, c'est la Coopération. Le BB et moi avions tous deux environ 250.000 en jetons aux blindes 5.000/10.000 avec des antes de 1.000. Le SB était le short stack de la table avec 19.000. Tout le monde s'est couché jusqu'à moi au bouton et, au lieu de relancer, je me suis contenté de payer la blind avec . Une main très marginale, je sais, mais j'essayais juste de faire comprendre au BB (sans rien écrire dans le chat, ce qui serait considéré comme de la collusion) que je voulais que nous nous y mettions à deux pour sortir le SB. Ce dernier part à tapis pour19.000 et m.... alors! le BB se couche ! J'ai fini par caller le SB et perdu la main, ce qui n'est pas bien grave, mais voilà un signe qui montre clairement qu'un joueur ne comprend pas le jeu et qu'il se contente en fait d'économiser ses jetons pour les mains premium. J'ai donc relancé ce joueur au SB (le petit tapis avait dégagé le coup d'après) quatre fois de suite et j'ai fini par le sortir à la cinquième tentative quand il est parti à tapis au moment précis où je retournais .

Mais même avec OPR, avec les notes que vous aurez prises plus tôt dans le tournoi et avec tous les autres signes qui trahissent les joueurs faibles, il y a un autre facteur à prendre en compte pour bien aborder une table finale, c'est votre analyse des situations.


Re-steals

En effet, votre tâche consiste aussi à repérer toutes les situations où vous avez de bonnes chances de vous emparer du pot pré-flop. Malheureusement, il vous arrivera fréquemment de ne recevoir que très peu de bonnes mains à la table finale et c'est pourquoi vous devrez toujours essayer de tirer le meilleur de chaque situation qui se présentera.

Re-stealer des relances du bouton est une manière assez connue de le faire. Il faut le faire avec des mains à potentiel, comme des connecteurs assortis ou des petites paires, au cas où le bouton décoderait votre move et vous suivrait. Bien sûr, à chaque fois que vous engagez une bonne partie de vos jetons, le risque est toujours présent. Si le bouton ou le SB (suivant d'ou provient le steal initial) décide de flat-caller et que vous ratez complètement le flop, n'investissez plus un seul jeton supplémentaire dans cette main. Le but d'un re-steal est de remporter le pot pré-flop, alors ne tentez pas de bluffs qui impliquent votre survie dans le tournoi. Il n'y a rien de mal à se coucher après un re-steal raté. Votre move n'a pas fonctionné et vous avez perdu une partie de vos jetons, mais vous êtes toujours en vie.

D'habitude, je m'impose deux conditions avant de tenter un re-steal :

- Un re-steal ne doit pas me coûter plus d'un tiers de mon tapis.

- Au cas où je perdrais le pot, il doit toujours me rester un M de 5 au minimum.


Note: tout ceci n'est valable que si j'ai un bon tapis à la table. Si je suis petit tapis et que je n'ai plus le choix qu'entre doubler ou mourir, il m'arrivera de tenter un re-steal à tapis avec des connecteurs assortis ou de petites pocket-paires.


Tirez profit des petits tapis

Quand un joueur relance, soit il a une bonne main, soit il essaie juste de voler le pot. Et les petits tapis se surveillent les uns les autres puisque chaque place gagnée signifie des $ en plus. Tirez-en profit.

Exemple: les blindes sont à 25.000/50.000 avec des antes de 3.000, et tout le monde se couche jusqu'à MP (460.000 de stack) qui open-raise à 150.000. Tout le monde se couche jusqu'à moi au BB, avec 1,5 million et un monstre : .

Je pousse le short-stack à tapis.

- "Pourquoi tu fais ça?", me demande un ami sur skype.

J'ai maintenant le temps de lui répondre : Si je suis suivi et que je perds, il me restera toujours plus d'un million de jetons. Mes cartes sont vivantes et ont même leur chance contre une overpaire.
Mais le plus important, c'est qu'il y a un petit tapis juste avant le relanceur initial à qui il ne reste plus que 210.000 jetons. C'est pourquoi je me suis dit qu'il y avait de fortes chances pour que le relanceur initial se couche. Les petits tapis se coucheront souvent dans ce genre de situations où un plus petit tapis se trouve juste à leur droite, qui sera au blindes avant eux et qui a donc de fortes chances de sauter le premier. En mettant la pression sur les autres petits tapis de la table, vous gagnerez souvent de jolis pots pré-flops. Sinon, débrouillez-vous pour toucher une quinte.

A l'inverse de mes articles précédents, j'ai délibérément choisi de me concentrer d'avantage sur les situations que sur les mains. Je crois que c'est ce qui fait la différence à une table finale. Vous n'aurez pas souvent la chance de vous asseoir à une table finale, et les cartes que vous y recevrez seront rarement des mains premium. En recherchant des informations sur vos adversaires et en analysant correctement les situations vous vous simplifierez grandement la vie.

_________________
That's Poker ?!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://opale-poker.1fr1.net
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: 10 conseils pour vos Tournois Multi-tables   

Revenir en haut Aller en bas
 
10 conseils pour vos Tournois Multi-tables
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» besoin de conseils pour match et pour formation de joueur
» Conseils pour mon Pandawa feu/eau
» Vos conseils pour ma liste Ogre
» Petits conseils pour avoir une équipe de la mort qui tue (ou presque)!
» Conseils pour monter son pandawa eau

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Opale-Poker :: STRATEGIE-
Sauter vers: